top of page

Parents, ados... quels sont les besoins de chacun ?

Dernière mise à jour : 9 oct. 2022

Si comme moi, vous avez vu votre délicieux·se enfant s'enfermer dans sa chambre, tel un cocon, pour en ressortir non pas comme un joli papillon mais comme un crabe agressif, qui marche de travers et vous pince dès que vous approchez, vous avez surement ressenti un profond désarroi. Mais qui est cette personne ? Pourquoi ces comportements ? ... Et face à ça, que vais-je devenir moi, qui erre désorientée dans la maison, en manque aigu de câlins enfantins ?....


C'est à ces questions que répond Sandrine Mallet Lecharny, thérapeute (1), dans une interviewée par Sarah Quilliec sur le podcast Parentalité et Adolescence (2).



Si vous voulez l'écouter, c'est ici :

(On peut zapper ce qui concerne la vie en confinement, de la 24 à la 30ème minute. Un sujet heureusement dépassé ! )



Et pour ceux qui préfèrent lire, voici le résumé de l'interview :


Le constat :

On a moins de contacts tendres. Iel a honte de nous, s'isole dans sa chambre, transgresse les règles, se désintéresse de sa scolarité... et les conflits se multiplient. (Au secours ! Rendez-moi ma fille !!!! Note de Virginie)


C'est quoi l'adolescence ?

La puberté déclenche des transformations physiques, psychologiques et hormonales extrêmement rapides. Cela provoque une grande fatigue d’où la mollesse, la procrastination, les mouvements désordonnés et la gestion difficile de leurs émotions. Ça peut s’étaler entre leurs 10 et leurs 20 ans. (En fait, nan : je vais la faire adopter.... C'est bien aussi, l'adoption...)


Les besoins de l'ado:

- Les besoins physiologiques : sommeil (même s'ils ont du mal à s'endormir et à se lever le matin), exercice physique, alimentation saine, bien qu'en plus grande quantité que pendant l'enfance. (ben Ok, mais je fais quoi avec toute la malbouffe achetée avec son argent de poche ??!! )

- L'intimité : le respect de sa chambre, de la salle de bain, de ses messages et textos, etc

- La sécurité morale et affective : des règles de comportements claires, une famille stable, un environnement à qui faire confiance...

- Rire, s'amuser

- Se réaliser dans des activités personnelles, se sentir compétent et autonome, faire des choix...

- Besoin d'aimer et d’être aimé.e, de recevoir reconnaissance et considération, d'appartenir à un groupe de jeunes (d’où le langage et le look...) mais aussi à sa famille d'origine...(tout en la critiquant sans cesse...)

S'iel rate l'école, méprise l'autorité, multiplie les conflits verbaux ou physiques, a des manifestations de stress ou d'anxiété, s'isole dans le monde virtuel, il faut agir. (voir sa conclusion)


Les besoins du parent :

- sentir son appartenance à sa famille par des contacts avec ses membres

- être rassuré sur l'avenir et la sécurité de l'ado

- être aimé (alors que l'on vient justement de chuter de notre piédestal de Dieu Vivant de notre enfant...ouille.)

- être respectée (ben oui. manquerait plus que ça, aussi....)

- sentir qu'on est un bon parent (c'est à dire pas errant dans le salon comme un camé, en manque de bisous ... ou hurlant sur le gamin en se demandant comment on a pu en arriver là ..... Hein ? y'a que chez moi que ça se passe comme ça ? ... Ah bon :( ....)


6 compétences parentales facilitantes :

- un engagement positif : montrer son attachement, s'en préoccuper, lui proposer de passer du temps ensemble, même s'iel refuse... (Super : se prendre des râteaux à longueur de journée, c'est tellement sympa ! )

- un renforcement positif : l'encourager, le féliciter pour ses comportements adéquates...

- régler les conflits en communiquant sur nos émotions, en s'écoutant mutuellement et en cherchant des solutions gagnants-gagnants, impliquant des compromis de tous. (Enfin, essayer... On faut comme on peut....)

- maintenir une discipline : établir des règles claires, donner des instructions explicites et sanctionner s'iel ne les respecte pas. (Le choix de la sanction dépendant de chaque jeune. Chez moi, la seule sanction qui la toucherait, ce serait de la priver de portable. Mais si j'approche de l'objet, j'ai peur de me faire mordre !....)

- superviser : se tenir informé·e de ses activités et comportements, s'y intéresser, etc.

- être solidaires entre parents. (hum... no coment :( )


Sa conclusion :

Ça arrive à tout le monde, dans toutes les familles, c'est normal et iels ne nous en aiment pas moins.

Ne pas hésiter à chercher du soutien, pour le parent et pour l'ado, auprès d'associations de soutien à la parentalité et de psys.

Et enfin : c'est pendant cette période que se construit la relation d'adulte à adulte qu’on aura plus tard avec eux donc tenons bon : ça finira bien par leur passer !


(Et pour ne pas rater un article de ce blog, abonnez vous à notre newsletter - 3 par an- en bas de page)


Allez, à plus, les ami·e·s.

Virginie Bouffart







33 vues0 commentaire

Comments


bottom of page