top of page
  • Photo du rédacteurMarion

Avoir mal ?? C'est jamais banal !

Dernière mise à jour : 9 oct. 2022

Nous avons vu le mois dernier Élia la marque de culotte menstruelle engagée (notre article ici)

* engagée pour l'écologie,

* pour le quotidien des femmes,

* et aussi envers la recherche sur l'endométriose.


Et comme c'est une maladie découverte seulement depuis quelques années, elle est encore très méconnue du grand public et pourtant si vous en êtes porteuse... vous la sentez passer ...

Alors je me suis dit qu'il était nécessaire d'en parler !



Tout d'abord l'endométriose... C'est quoi ?


C’est une maladie féminine cyclique causée par des fragments de l’endomètre (revêtement intérieur de l’utérus) qui ont migré en dehors de la cavité utérine.

Parfois, ces fragments peuvent s’implanter sur un ou plusieurs endroits, par exemple sur :

* les ovaires,

* le rectum,

* la vessie,

* parfois plus loin (péritoine, ligaments utérins, côlon, intestin grêle, vagin, vulve,...).

Ces morceaux d’endomètres sont, comme ceux dans la cavité utérine, sensibles aux œstrogènes (les hormones « féminines »). Alors ils se gonflent de sang et se détâchent selon la période du cycle menstruel, comme lorsqu'on a nos menstruations.

Cette maladie peut se déclarer au moment des premières menstruations ou peut-être plus tard, puis elle disparaîtra au moment de la ménopause lorsque les hormones cessent d’être produites.


Et ça vient d'où ?

Plusieurs théories sont en cours d'études, pour en savoir plus consulter ce site belge dédié à l'endométriose. (1)



Comment sait-on qu'on a une endométriose ?




Il existe de nombreux symptômes, en voici quelques uns :

  • Dysménorrhée : douleurs pelviennes lors des règles,

  • Dyspareunie : douleurs lors des rapports sexuels ou après,

  • Douleurs abdomino-pelviennes,

  • Troubles digestifs,

  • Infertilité,

  • Fatigue,

  • Ménorragie : menstruations abondantes et de longue durée,

  • Métrorragie : saignements en dehors des menstruations. (2)

Ces symptômes évoluent au cours du cycle et de la vie et peuvent être plus ou moins invalidant. Par exemple, certaines femmes cisgenres ou hommes transgenres, sont affectées par « période » alors que d’autres sont affectées tous les jours, et cela peut devenir invalidant.



Quelle est la différence entre règles douloureuses et endométriose ?


Il est vrai que chaque personne est unique, et que nous n’avons pas tou.te.s la même tolérance à la douleur mais ce qui est sûr c’est qu’avoir mal durant son cycle ne doit pas être considéré comme normal !

Alors si vous avez des douleurs très invalidantes ?

Si elles vous empêchent d’être actif.ives et vous oblige à rester cloué.e au lit ?

Si vos symptômes reviennent à chaque cycle ?

Si les douleurs augmentent à chaque fois ?

Peut-être devriez-vous consulter votre sage-femme, votre gynécologue ou votre médecin traitant sans plus tarder !

L’un d’eux pourra vous prescrire des examens (échographie, radiographie, IRM…) pour déterminer si oui ou non vous êtes atteinte d’endométriose.




Ça fait mal... mais alors comment peut-on se soulager ?


Le spécialiste qui va vous ausculter, peut vous orienter vers différentes thérapies.


En médecine conventionnelle, il y aura :

* la contraception en continu, pour faire disparaitre le cycle et empêcher les menstruations),

* les hormones analogues de la Gn-RH, pour provoquer une ménopause artificielle. (les effets indésirables sont nombreux : ostéoporose, bouffées de chaleur, etc),

* le traitement chirurgical.


En médecine naturelle, la prise en charge prendra en compte la globalité de votre personne. Il faudra donc envisager :

* une alimentation anti-inflammatoire pour diminuer les réactions inflammatoires dans votre organisme (quelques tuyaux de naturopathes ici),

* la gestion du stress, grâce à différents outils : la sophrologie, la méditation, l’hypnose, les arts/la créativité pour vous détendre ou concentrer votre attention sur un autre sujet que la douleur,

* l’activité physique : sport, yoga, pilate, stretching, etc pour libérer des endorphines et apaiser votre organisme, et retrouver la souplesse perdue par vos postures antalgiques,

* Des thérapies manuelles : ostéopathie, kinésithérapie, massages, drainages lymphatiques pour vous détendre, redonner de la mobilité à vos organes et diminuer les inflammations,

* Les thérapies énergétiques dont l'acupuncture, l'auriculothérapie, la réflexologie (plantaire, palmaire,…) pour ré-organiser l’énergie dans votre organisme et vous redonner de la vitalité,

* les thérapies par les éléments naturels : naturopathie, homéopathie, phytothérapie… pour trouver des remèdes naturels, contre vos douleurs, prendre en charge votre hygiène de vie globale,

* les psychothérapies, pour mettre des mots sur vos maux et vous sentir entendu.es dans vos difficultés de vie.



A savoir...

Le 13 Janvier 2022, le vote de l’Assemblée nationale était unanime !

Suite à une résolution portée par la députée « insoumise » Clémentine Autain, l’Assemblée nationale reconnaissait l’endométriose comme une affection longue durée (ALD). (3)

Niviere David/ABACAPRESS.COM


Si vous souhaitez vous aussi, participer à sensibiliser et agir pour faire connaître et reconnaître l'endométriose, vous pouvez rejoindre Endofrance la première association française de sensibilisation et d'action contre l'endométriose.



Pour ne pas rater un article de ce blog, abonnez vous à notre newsletter en bas de page (3 par an)


Et voilà !

A bientôt pour un nouvel article.

Marion






32 vues0 commentaire

Comments


bottom of page